Décomposition du code de défaut (DTC)

11 / 12 / 2019

Puneet Joshi

Un code de défaut, plus connu sous l’acronyme DTC, est utilisé par les techniciens automobiles pour identifier les problèmes associés à un véhicule, facilitant ainsi le repérage de la panne. 

Par le biais de l’informatisation et de la technologie des véhicules améliorées, dès qu’un défaut est repéré, les codes de défaut sont stockés dans la mémoire d’un module embarqué et si ce défaut est grave ou lié à une émission, le témoin d’anomalie s’allume. 

Avec l’aide du matériel de diagnostic raccordé à la prise diagnostic 16 calculateurs (DLC), un technicien peut extraire les informations relatives aux codes de défaut et observer des statistiques en temps réel, comme le moteur et la vitesse du véhicule. 

Ces codes de défaut, générés par les modules embarqués, peuvent fournir des informations essentielles à la localisation du défaut. Toutefois, pour diagnostiquer le problème d’un véhicule, savoir comment les codes de défaut sont construits peut aider à détecter et localiser les problèmes. 

Les organismes de réglementation responsables de l’approbation et de la normalisation des codes de défaut dans l’industrie automobile sont la Society of Automotive Engineers (SAE) et l’Organisation internationale de normalisation, plus connue sous l’acronyme ISO. 

Depuis la fin 1995, les deux organismes travaillent étroitement avec les fabricants de véhicules afin d’instaurer des normes et des protocoles applicables au système de diagnostic embarqué (OBD). Avec l’introduction de l’OBD-II en 1996, toutes les occurrences de la configuration de codes de défaut standard commencent par une lettre. Le véhicule est séparé en quatre groupes (B-Carrosserie, C-Châssis, P-Groupe moto-propulseur, U-réseau utilisateur) distingués par une lettre qui permet de savoir à quel groupe le code de défaut fait référence.  

Par exemple, un code de défaut P0117 montre que c’est le groupe moto-propulseur du véhicule qui a été soumis au test pour obtenir des codes de défaut. 

Une fois que le groupe concerné est défini, le second caractère du code est un 0, 1, 2 ou un 3. Il révèle si le code de défaut est contrôlé par le fabricant ou par la SAE/ISO (voir le tableau joint). 

Les codes de défaut SAE et ISO sont universels. Cela signifie que la plupart des fabricants qui respectent l’accord OBD-II les ont adoptés.  

Dans le même temps, puisque certains véhicules présentent des différences de design et de stratégie, des dispositions existent pour permettre aux fabricants d’utiliser des codes de défaut supplémentaires lorsqu’un code de défaut contrôlé par la SAE/l’ISO ne convient pas. 

Dans le précédent exemple de code de défaut P0117, le défaut provient manifestement du groupe moto-propulseur et il est contrôlé par la SAE/l’ISO. Le troisième caractère du DTC révèle la zone qui nécessite d’être vérifiée. En séparant les systèmes du véhicule en catégories numérotées de 0 à 9, si le code de défaut P0117 est mis en pratique, alors il est évident que les composants gérés par le système de gestion moteur doivent être analysés (le capteur de température de refroidissement du moteur dans le cas présent). 

Enfin, les quatrième et cinquième caractères du code de défaut dévoilent les dernières informations sur la composition du défaut. 

Il existe de nombreuses variantes et elles représentent le numéro d’un cylindre ou d’une rangée de cylindres, définissent si le défaut est intermittent ou permanent, s’il s’agit d’un signal d’entrée faible ou élevé, ou même d’un circuit court ou ouvert. 

En utilisant les mêmes codes de défaut P0117, les quatrième et cinquième caractères suggèrent une entrée faible et si toutes les précédentes informations sont consolidées, cela montre que le défaut est situé dans le groupe moto-propulseur, c’est aussi un code de défaut contrôlé par la SAE/l’ISO, stocké dans le système de gestion moteur avec un faible signal d’entrée provenant du capteur de température du liquide de refroidissement. 

Pour faciliter davantage le processus de repérage des défauts, le code de défaut conventionnel à 5 caractères pourrait inclure deux caractères supplémentaires. Ces deux caractères supplémentaires offrent de multiples possibilités pour indiquer le type de panne. Par conséquent, un code de défaut P0117 avec un 07 supplémentaire, implique une panne mécanique. 

En connaissant mieux la structure des codes de défaut, le technicien comprend mieux comment résoudre le défaut du véhicule. 

Quel que soit le diagnostic, les composants ne doivent pas être remplacés en se basant uniquement sur les références des codes de défaut. 

Le schéma de câblage du véhicule doit être consulté et les composants alentours doivent être pris en compte avant d’envisager le remplacement d’une pièce. 

Le plus important, c’est de ne pas oublier que les codes de défaut ne fournissent pas la réponse au problème, ils ne sont qu’un point de départ dans sa résolution. 

Le module de codes de défaut intégré d’Autodata permet aux utilisateurs d’effectuer rapidement des recherches parmi des milliers de codes, dont les résultats sont fournis par les fabricants d’origine. Ils peuvent ensuite consulter les fiches énonçant les problèmes ourants correspondant à ces codes et les réparations proposées. Ce module est enrichi puisque la base de codes de défaut est constamment alimentée à partir des définitions génériques des codes de défaut des SAE/ISO et de celles spécifiques au fabricant. Ainsi, il continue à fournir aux ateliers des informations utiles et précises. 

 
Pour plus d’informations, consultez www.autodata-group.com