Le choix vous appartient. L’industrie, favorable au virage énergétique.

14 / 11 / 2022

Marketing

À première vue, il semblerait difficile de soutenir le fait qu’une voiture de sport de plus de 600 chevaux, pouvant rouler à 280 km/h est, de quelque façon que ce soit, « représentative » du stade auquel se trouve actuellement le courant dominant de l’industrie automobile. Mais, à vrai dire, si l’on enlève les superlatifs, et au-delà des apparences de la Mercedes-AMG C63, qui sortira en 2023, vous trouverez certains des indices les plus révélateurs à ce jour des mégatendances automobiles les plus importantes de la saison. Ces mégatendances redessinent déjà les contours du futur proche de chaque technicien automobile.

Pour en comprendre les raisons, il est important de rendre hommage pendant un court instant à l’industrie automobile que nous laissons rapidement derrière nous. À peine dix ans auparavant, la Mercedes C63 haute performance représentait le summum du développement de moteur à combustion interne. C’était peut-être une folie onéreuse, apanage d’une chanceuse minorité, mais c’était néanmoins un repère pour un concept profondément évolué et particulièrement ambitieux qui se concentrait sur la création d’une expérience mécanique émotionnelle, sans concession, d’après cette idée la plus bestiale d’entre toutes : le V8. Si toute voiture semblait hermétique aux idées à la mode et progressistes concernant la pensée écologiste, ajustant et étanchant sa soif d’essence, la C63 a conservé sa place en tête du classement.

Et, pourtant, les choses ont changé maintenant. Dans l’industrie automobile, quelques virages à 180° ont été très marqués, comme la décision d’abandonner l’iconique AMG V8 en faveur d’un groupe motopropulseur 4 cylindres radicalement neuf, à turbocompresseur électrique et hybride rechargeable dans la dernière C63. Plus que tout autre chose, cela prouve que même les vaches les plus sacrées de l’industrie sont désormais abattues dans un paysage automobile qui a massivement changé. Celui-ci n’accordera aucune pitié aux acteurs qui s’évertueront à refuser de s’adapter.

Par conséquent, la nouvelle C63, bien qu’étant un jouet particulièrement onéreux, est particulièrement bonne pour l’environnement. En d’autres termes, quiconque alimenterait secrètement des pensées selon lesquelles l’énorme vague de changement qui déferle sur l’industrie automobile s’affaisserait et s’évanouirait soudainement, voire s’inverserait, se tromperait lourdement.  Nous sommes dans un nouveau paradigme d’ingénierie automobile, où l’ancienne garde des acteurs établis a été prise par surprise et obligée de s’adapter rapidement face à l’arrivée rapide et aveuglante de nouveaux concepts d’efficacité et d’électrification des véhicules. Les principales attentes des clients – précédemment considérées comme à la traîne par rapport à ceux qui transforment le marché, et qui ont adopté ces nouveaux concepts de bonne heure, comme Tesla – bondissent soudainement. Chaque fabricant conventionnel se retrouve à devoir adapter ses produits et l’expérience de marque pour des clients, dont les attentes sont désormais beaucoup plus variées que celles d’il y a dix ou vingt ans.

Honnêtement, ceux qui comme nous font partie de la sphère technique automobile n’ont jamais vraiment expérimenté quelque chose comme ça. Oui, certaines avancées phares de la technologie ont défini l’évolution de l’automobile. En effet, le rythme des changements dans le déploiement classique de cette technologie a sensiblement accéléré, surtout à partir des années 90. Au début de ces vagues de changement, les techniciens pouvaient presque se permettre de rester en retrait, afin de juger si l’arrivée de certaines technologies représentait quelque chose pour eux et leur gagne-pain. Injection de carburant, ABS, OBD II, transmissions à double embrayage, les premiers trains de transmission hybrides, etc. Pourtant, au cœur du véhicule, les mêmes bases, et les concepts mécaniques sont restés raisonnablement inébranlables. La complaisance à s’adapter en tant que technicien était par conséquent peu judicieuse, mais non fatale.

Cependant, aujourd’hui, le noyau n’est plus.  Avec la chute des monuments tels que le V8 C63, et la véritable poussée de la conception du groupe motopropulseur, tendant incontestablement vers l’optimisation du concept de batterie électrique pour la consommation et l’adoption de masse, les techniciens ne peuvent tout simplement se permettre de manifester de quelconque soif d’autosuffisance ou d’illusion envers un passé qui s’éloigne de nous rapidement. Au lieu de cela, il s’agit d’embrasser les occasions de développement personnel qui surviennent inévitablement dans un monde qui essaie d’appliquer des changements majeurs aux voitures comme nous les connaissons.

Revenons à la C63 comme exemple concret. Regardez la quantité de technologies extraordinaires intégrées dans ce même véhicule. Un super chargeur électrique qui fonctionne avec un système électrique embarqué de 400 volts. Une batterie lithium-ion de 6,1 kWh capable de se recharger rapidement par branchement. Un moteur électrique de 200 chevaux monté à l’arrière du véhicule, alimentant une boîte de vitesses séparée à deux vitesses. Un système de freinage régénératif capable de produire jusqu’à 100 kW d’électricité lors d’un freinage brusque. Système intelligent hybride de 4 roues motrices et direction électrique AMG quatre roues.

Il s’agit tout simplement d’une œuvre incroyable de technologie automobile. Elle est implémentée dans son intégralité, car une société telle que Mercedes reconnaît qu’elle ne peut plus se reposer sur ses lauriers et se contenter de régurgiter une évolution de ses anciens concepts favoris. Quoi d’autre ? Si l’on regarde encore plus loin, il est très probable que le modèle qui lui succédera ne comportera plus de moteur thermique.

Toutefois, chaque technicien qui lit cet article ne devrait pas se laisser intimider par ce que les voitures comme celle-ci offrent désormais. Au contraire, nous devrions plutôt saisir cette opportunité à bras ouverts. Nous devons nous adapter pour être en mesure de gérer en toute confiance n’importe quelle technologie de ce type, lorsque, inévitablement, ces véhicules arriveront dans nos garages. La différence désormais est que le processus d’apprentissage de cette technologie provient franchement d’une autre planète par rapport à la manière dont les techniciens d’il y a 20 à 30 ans s’entraînaient sur les systèmes antiblocage des roues et l’injection de carburant. La sphère en ligne d’aujourd’hui offre des trésors de connaissances si vastes en un coup d’œil, que le défi n’est pas tant de trouver des informations, mais plutôt de trouver la bonne information auprès des sources les meilleures et les plus fiables.

Les formations en ligne comme celles d’Autodata, entièrement digitalisées et composées de vidéos à la demande, sont véritablement des outils parfaits pour le poste occupé. Sans intrusion dans votre quotidien chargé, elles vous permettent d’accumuler constamment de nouvelles connaissances, à mesure qu’une technologie nouvelle et intéressante arrive sur le marché. En prenant le temps nécessaire pour travailler sur sa formation chaque semaine, au moment qui vous convient le mieux et sans la pression de l’apprentissage en présentiel, chaque technicien peut continuer à intégrer les derniers concepts sans craindre de perdre son rythme. Dans un monde qui évolue rapidement comme le nôtre, aussi bien se former est un luxe que vous ne pouvez tout simplement pas vous permettre d’éviter.